Est-il vraiment mauvais d’adoucir le café du matin avec du sucre, du miel ou du sirop d’agave ?

Victoria, membre et lectrice de fluxenet.fr, écrit le texte suivant dans un courriel : « Bonjour, j’utilise depuis quelque temps du sirop d’agave pour sucrer mon café, mes yaourts et mes céréales d’avoine au petit-déjeuner, et je ne sais vraiment pas si je me ridiculise, car j’ai lu des articles que je trouve respectables, dont le vôtre, qui mettent en garde contre cet édulcorant. Je pourrais simplement ajouter un peu de miel, ou un peu de sirop d’agave, qui je sais sont similaires au sucre et peut-être que ce serait plus sain ?

Quoi qu’il en soit, lorsque je lis des articles contre les édulcorants, y compris le sucre, je ne peux m’empêcher de me demander si c’est vraiment si mauvais d’en mettre un peu dans mon café ou mon yaourt, car si c’était le cas, des millions de personnes seraient déjà malades du diabète, n’est-ce pas ?

La question de Victoria est intéressante car elle est quelque peu délicate dans la mesure où elle exige une réponse complexe. Pour commencer, il n’est absolument pas bon de sucrer son café tous les jours avec du sirop comme le prétend Victoria. Il n’est pas bon non plus de l’ajouter au yaourt, ni d’y ajouter du miel ou du sucre. Toutefois, comme elle le souligne, « un peu » est moins mauvais que beaucoup, et si c’était « éventuellement », ce serait mieux que « tous les jours ».

En d’autres termes, les habitudes et les proportions sont ici importantes, car si tous les sucres libres sont déconseillés, les quantités quotidiennes peuvent définir la frontière entre santé et maladie. Ainsi, sucrer votre café ou votre yaourt quotidien du matin avec une petite quantité de ces éléments peut être parfaitement tolérable du point de vue de l’indice glycémique, afin de ne pas stresser votre pancréas.

Cependant, si nous ajoutons du saccharose à notre café du matin et à notre café de l’après-midi, nous faisons quelques pas de plus vers une habitude malsaine. Malgré cela, si nous ajoutons ces édulcorants avec retenue, nous pouvons rester dans une certaine marge dans laquelle notre métabolisme n’est pas attaqué.

Sucre café

Le pouvoir addictif du sucré

Le problème est que ces habitudes ne viennent généralement pas seules, mais sont accompagnées d’autres habitudes impliquant des sucres cachés, qui sont présents dans différents produits, généralement industriels, que nous ne voyons pas. Il ne faut pas oublier qu’il existe un débat ouvert sur le pouvoir addictif du sucre de table, dont on se demande s’il est plus addictif que la cocaïne.

En tout cas, personne ne conteste qu’elle génère une dépendance, et cela explique sans doute pourquoi Victoria ajoute dans son texte les céréales pour petit-déjeuner au café et au yaourt, l’un des produits qui dissimule le plus de sucres dans son étiquetage nutritionnel. En d’autres termes, ces céréales contiennent probablement plus de sucre que le sirop, le miel, ou la canne à sucre.

Dans ce cas, nous sommes passés du paradigme de l’ajout durable de saccharose, de glucose ou de fructose, à une habitude vraiment malsaine comme ces céréales, dans lesquelles il faut ajouter aux glucides qu’elles contiennent des sucres ajoutés, qui sont totalement inutiles en termes d’apport énergétique, car il y a suffisamment de glucides, mais qui augmentent l’indice glycémique et stressent le pancréas.

À cet égard, plusieurs scientifiques ont souligné que les personnes qui ajoutent du sucre au café, ou à tout autre édulcorant, sont nettement plus susceptibles d’inclure inconsciemment des sucres cachés dans leur alimentation que les personnes qui ne boivent pas de café sucré, qui n’ont pas tendance à être des consommateurs réguliers de produits sucrés.

Le problème des sucres cachés

Si l’on ajoute à cela le fait que certains experts estiment que 75 % des sucres de notre alimentation sont cachés, il y a de fortes chances que Victoria finisse par nous avouer qu’en plus de sucrer ses céréales avec du sirop, elle mange aussi du chocolat au lait, des brioches, des glaces ou des boissons gazeuses sucrées, même si ce n’est qu’occasionnellement.

La raison de cette corrélation semble n’être autre que le pouvoir d’accoutumance du sucre, qui nous fait ressentir une sensation positive lorsque nous goûtons un aliment contenant du sucre et qui nous attire donc vers lui. En outre, le glucose réduit les niveaux de leptine, l’hormone de satiété, de sorte qu’après avoir goûté le produit, nous en redemanderons.

En outre, le fructose – le saccharose est un disaccharide composé d’une molécule de glucose et d’une molécule de fructose, qui se dissocie en ces deux molécules dans l’estomac – augmente les niveaux d’une autre hormone, la ghréline. La ghréline nous donne une sensation de faim, de sorte qu’associée à la baisse du leptide, elle va générer un sentiment de désir insatiable de manger des choses sucrées.

Et ce processus est généré inconsciemment par la dégustation de nombreux produits qui contiennent des sucres cachés, de l’eau tonique à la sauce tomate, en passant par certains jambons cuits et bien sûr les céréales du petit-déjeuner, les pizzas, etc.

Quoi qu’il en soit, il convient de noter que l’addiction au sucre, bien qu’elle soit considérée au cours de l’évolution comme un processus adaptatif datant de l’époque où nous étions des chasseurs nomades, peut être maîtrisée. Le moyen est de désaccoutumer notre palais des goûts sucrés et de l’habituer aux goûts amers. Par exemple, un bon moyen de commencer est de boire du café sans sucre ni autre édulcorant, même ceux qui n’augmentent pas notre indice glycémique. Ou bien limiter la quantité de café que nous buvons.

Sucre café 3

Réponses à Victoria

Enfin, la première réponse à Victoria, et au titre de l’article, est que s’il n’est pas nécessairement mauvais de sucrer le café du matin avec du sucre, du miel,  ou du sirop d’agave, c’est dangereux. Cela est dû à la grande capacité que nous avons à devenir accro au sucré et à la grande tolérance de notre corps à ce goût, qui nous pousse à en vouloir toujours plus.

D’où la corrélation entre les personnes qui sucrent leur café et consomment beaucoup de produits contenant des sucres cachés. D’un autre côté, s’il était mauvais de sucrer le café et les yaourts, il y aurait des millions de malades dans le monde, il faisait sans doute référence au diabète. La réponse est que le diabète a effectivement explosé dans le monde au cours des trente dernières années, en corrélation directe avec l’ajout de sucres cachés dans une grande variété de produits. Le plus inquiétant est que c’est précisément le diabète infantile qui est en hausse.