Régime (2)

Les erreurs les plus courantes des régimes amincissant

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Temps de lecture :10 min de lecture
  • Post category:Santé

Perdre du poids est l’une des résolutions récurrentes de nombreuses personnes, année après année. Nous continuons à chercher le régime idéal pour perdre du poids, même si certaines pratiques erronées peuvent nous empêcher d’atteindre la perte de poids souhaitée et, pire encore, peuvent même nuire à notre santé.

« Pour perdre ces kilos superflus et les conserver, il faut avoir une alimentation équilibrée et variée et, dans tous les cas, réduire un peu ses portions et faire de l’exercice », explique un nutritionniste.

➡️ Brûler ses graisses abdominales, bon ou mauvais plan ?

Ce conseil, cependant, n’est pas toujours suivi. Dans de nombreux cas, l’angoisse d’obtenir le corps désiré nous pousse à recourir à des régimes dits miracles, qui promettent une perte de poids rapide sans grand effort ni sacrifice.

Il existe de nombreux faux mythes que nous devons bannir lorsque nous commençons un régime amincissant. Il existe de nombreuses légendes, sans aucune base scientifique, sur certains aliments qui faciliteraient théoriquement la perte de poids.

En fait, il n’est pas surprenant que 81 % des personnes qui suivent un régime pour essayer de perdre du poids finissent par échouer, selon une étude réalisée par la société Française pour l’étude de l’obésité.

Dans ces lignes, nous vous présentons quelques-unes des fausses croyances et des erreurs les plus courantes qui sont commises au moment de commencer un régime amincissant.

Clichés alimentaires

« Aucun aliment n’est capable de nous faire perdre du poids. Les seuls aliments qui nous font maigrir sont ceux que nous laissons dans notre assiette », affirme le spécialiste en nutrition.

1. Éviter le pain et les pâtes :

Faux. Les pâtes et le pain ne doivent pas être jetés, mais consommés avec modération et non mélangés à d’autres aliments riches en graisses. La recommandation est de manger 6 portions de céréales par jour. « Une portion de pain représente 30 grammes », précise le spécialiste, qui rappelle que les glucides apportent 4 kilocalories par gramme contre 9 pour les graisses et 7 pour l’alcool, tout en étant une source de fibres. Elle précise toutefois que les glucides sont moins bien métabolisés le soir, mais cela ne signifie pas que « vous ne pouvez pas prendre une soupe avec une poignée de nouilles et un fruit ou un produit laitier pour le dîner afin de faciliter la digestion ».

2. Manger des fruits après les repas fait grossir :

Faux. Les fruits ont une faible teneur en calories, qu’ils soient consommés avant, pendant ou après les repas. Il y a un risque de ne pas en manger et cela peut entraîner des carences nutritionnelles à long terme. On pense également que les fruits à la fin d’un repas diminuent l’absorption des nutriments, ce qui est inexact car ils favorisent en fait l’absorption (par exemple, la vitamine C des oranges facilite l’absorption du fer).

3. Évitez les légumes secs :

C’est une erreur de les bannir du menu. Cuisinés avec des légumes ou du riz, ils augmentent leur valeur nutritionnelle et réduisent leur teneur en calories. En outre, ils contiennent des fibres et ont un fort pouvoir rassasiant.

4. Manger une salade comme seul plat :

Une autre erreur courante consiste à remplacer les premier et deuxième plats du repas par une salade comme seul plat. Il est vrai qu’ils sont riches en eau et pauvres en glucides, en protéines et en graisses, ils ne font donc pas grossir. Mais la faim ne tarde pas à se manifester et c’est une mauvaise chose. Un spécialiste en nutrition conseille de consommer des aliments ayant un effet rassasiant comme plat principal (riz, pâtes, légumes secs) et de laisser les salades en accompagnement.

5. L’édulcorant est meilleur que le sucre :

Faux. Une cuillère à café de sucre apporte 8 calories à votre café du matin. Il s’agit d’un apport calorique minimal par rapport à la moyenne de 2 000 calories par jour d’une alimentation équilibrée prototypique. En outre, des études ont montré que les édulcorants ne déclenchent pas de signaux de satiété.

6. L’huile d’olive ne fait pas grossir :

L’huile d’olive, comme les autres huiles, a un contenu énergétique de 9 kilocalories par gramme, sa consommation doit donc être modérée, notamment dans le cadre de régimes amincissants. Mais elle devrait l’emporter sur les autres huiles d’origine végétale (noix de coco ou palme), le saindoux et le beurre, en raison de sa teneur élevée en acides gras monoinsaturés et en substances antioxydantes, liées à une réduction du risque cardiovasculaire.

7. Les bananes, les raisins ou les figues sont riches en calories :

Il est vrai qu’ils sont plus caloriques que les pommes ou les poires mais, en tout état de cause, ils n’atteignent pas 100 kilocalories pour 100 grammes de portion comestible. L’expert souligne que, pris en petites quantités, ils fournissent une quantité d’énergie similaire à celle d’une orange de taille moyenne, et qu’il ne faut donc pas les éliminer des régimes amincissant.

8. Les aliments à base de céréales complètes ne font pas grossir :

Ce n’est pas tout à fait exact. Il est vrai qu’ils fournissent plus de fibres, de vitamines, de minéraux et de substances phytochimiques (substances dérivées des plantes dont l’ingestion est bénéfique pour notre santé) que les aliments non complets, et qu’ils nous donnent une sensation de satiété. Cependant le spécialiste met en garde contre les produits de boulangerie à base de farine complète qui contiennent une grande quantité de graisses, notamment de graisses saturées, qui augmentent les calories et le risque de maladies cardiovasculaires.

9. Le pamplemousse brûle les graisses :

pamplemousse

Faux, mais il a un grand pouvoir diurétique qui aide à éliminer les liquides. Toutefois, « il faut se rappeler que la perte de poids doit être associée à une réduction des graisses et non des liquides, ce qui ne peut être obtenu qu’avec un régime hypocalorique associé à des exercices physiques », souligne l’expert.

10. Consommation inconsidérée d’aliments légers ou hypocaloriques :

On croit que l’énergie fournie par les aliments légers est insignifiante et on en abuse souvent. Il est vrai qu’ils fournissent moins de calories que leurs homologues s’ils sont consommés en proportions égales. Mais certains de ces aliments contiennent une quantité élevée de graisses et de sucres, ainsi qu’une forte teneur en additifs nécessaires à leur production.

11. Les aliments contiennent des calories négatives :

Le spécialiste explique qu’il existe une théorie erronée selon laquelle certains aliments (comme l’ananas ou les asperges) nécessitent plus de calories pour être digérés qu’ils n’en fournissent réellement. Mais ce qui se passe, c’est que l’ingestion de nourriture entraîne une augmentation de la dépense énergétique afin de digérer, d’absorber et de métaboliser les nutriments contenus dans la nourriture. Ce phénomène est connu sous le nom de thermogenèse induite par l’alimentation et représente environ 10 % des calories de l’aliment ingéré, mais tous les aliments fournissent plus ou moins d’énergie en fonction de leur composition12 . L’eau ne fournit pas de calories car elle ne contient pas de nutriments. Boire de l’eau pendant les repas permet non seulement d’améliorer l’hydratation, mais aussi de remplir l’estomac et de nous faire sentir rassasiés.

Bilan énergétique

Il est également inexact de croire que moins on fait de repas par jour, plus on contrôle son poids. L’idéal est de répartir votre énergie quotidienne sur 4/5 repas et de n’en sauter aucun. Il aide à réduire l’appétit entre les repas et élimine la tentation de grignoter, tout en augmentant l’apport en vitamines, minéraux et fibres et en réduisant la consommation de graisses.

Une option saine

Petit-déjeuner : quinoa avec noix de soja dans une tasse avec du yaourt. Déjeuner : pâtes complètes avec des légumes. Collation ou milieu de matinée : Sélection de noix ou un bol de myrtilles et de fraises. Dîner : Flétan grillé avec épinards, poireaux et pignons de pin.

Choisir le mauvais régime alimentaire

➡️ Brûler ses graisses abdominales, bon ou mauvais plan ?

Les mêmes erreurs sont commises lors du choix d’une méthode de perte de poids. Deux régimes sont choisis par la grande majorité :

Régime dissocié :

Il permet de manger autant d’aliments que l’on veut, à condition de ne pas les mélanger, par exemple les glucides et les protéines, dans le même repas car, selon l’explication donnée, les protéines ont besoin d’un milieu acide dans l’estomac pour leur digestion, alors que les glucides ont besoin d’un milieu alcalin. Il a été scientifiquement prouvé que les enzymes agissent de la même manière, indépendamment des aliments que nous consommons. En outre, il ne faut pas oublier que les aliments sont un mélange hétérogène de nutriments.

Régime hyperprotéiné :

Il repose sur une consommation élevée d’aliments protéinés (viande, poisson, œufs et fruits de mer) et une faible consommation d’aliments riches en glucides. Selon l’expert, bien qu’il y ait une perte de poids rapide car ils sont hypocaloriques, ils sont mauvais pour la santé car la prévalence des protéines signifie que les reins doivent travailler plus dur pour éliminer les déchets qu’ils contiennent. En outre, la perte de poids est en grande partie due à la perte d’eau plutôt que de graisse et est rapidement reprise lorsqu’elle est abandonnée. De plus, l’absence de glucides entraîne la formation de corps cétoniques qui s’accumulent dans le sang et peuvent provoquer des nausées et de la fatigue.

Régime