Surmenage travail

Les risques du surmenage : 6 clés pour se détendre et profiter des vacances

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Temps de lecture :7 min de lecture
  • Post category:Santé

Les vacances d’été sont à nos portes, le moment où beaucoup de gens attendent de se détendre après une longue année de travail. Il existe cependant de nombreuses personnes pour qui se déconnecter et se détendre est aussi paradoxal que cela puisse paraître une tâche difficile.

Selon un rapport, 30 % des travailleurs ne parviennent pas à se déconnecter de leurs tâches professionnelles pendant leurs vacances. Quelle est la raison de cette impossibilité ? La moitié de ces personnes se disent incapables de se désengager mentalement de leur travail.

Cela est principalement dû à une sorte d’inertie générée par les routines quotidiennes, la pression du travail et d’autres activités qui prennent du temps pendant la majeure partie de l’année. En fait, de nombreuses personnes souffrent ou sont sur le point de souffrir de problèmes tels que le syndrome d’épuisement professionnel ou le workaholisme.

On estime que l’épuisement professionnel (également connu sous le nom de syndrome d’épuisement professionnel) touche 10 % des travailleurs. Il se définit comme un épuisement mental, physique et émotionnel causé par une implication chronique au travail dans des situations émotionnellement exigeantes.

Le workaholisme et ses risques

La dépendance au travail, quant à elle, ne se manifeste pas par une apathie ou un désintérêt pour les tâches professionnelles, comme c’est le cas pour l’épuisement professionnel, mais par le contraire : un dévouement obsessionnel et compulsif à ces tâches.

Jusqu’à 12 % des travailleurs français sont des bourreaux de travail. Selon l’Organisation internationale du travail, 8 % des travailleurs de notre pays passent plus de douze heures par jour à travailler. Plus de 60 heures par semaine. Travailler plus de 50 heures par semaine est déjà le signe d’une possible dépendance.

Le fait est que ces situations génèrent beaucoup de dégâts. L’une des principales est la détérioration de la vie sociale et familiale, ainsi que des niveaux élevés de stress, avec le risque consécutif de troubles anxieux, de dépression et d’autres problèmes de santé.

Conseils pour profiter des vacances

Et tout cela peut conduire à ne pas profiter des vacances. Cela peut encore aggraver ces problèmes, tant sur le plan de la santé que sur celui des liens avec les autres. C’est pourquoi de nombreuses organisations et spécialistes de la santé énumèrent un certain nombre de conseils pour se détendre et profiter des vacances d’été. Voici quelques-unes des plus importantes.

Surmenage travail 2

1. Laisser le travail inachevé

Dans la mesure du possible, essayez de ne pas laisser de tâches inachevées ou non terminées derrière vous lorsque vous partez en vacances. Cela permet à l’esprit de s’éclaircir et de ne pas être pris dans des pensées concernant des affaires inachevées.

Malheureusement, cela ne garantit pas la déconnexion : la principale raison pour laquelle un tiers des personnes ne parviennent pas à se déconnecter du travail pendant leurs vacances est que les entreprises les contactent via des messages WhatsApp, des appels téléphoniques ou des courriels.

Mais ce qui est souhaitable, c’est de procéder à une fermeture avant l’arrivée de la période des vacances. Pourtant, selon le même document, il n’est pas si facile de se déconnecter complètement du travail. Surtout pour les plus jeunes : 38 % des moins de 25 ans ont besoin d’une à deux semaines pour le faire.

2. Faites une « détox » numérique

Dans une étude universitaire deux psychologues travaillant pour Google ont fait l’éloge de la liberté de se déconnecter des téléphones portables et autres appareils numériques, si étroitement associés au travail (notamment en période de télétravail, conséquence de la pandémie de COVID-19).

L’article valorise particulièrement le fameux JOMO, acronyme de « joy of missing out », c’est-à-dire la « joie de manquer » (par opposition au FOMO, la « peur de manquer » en n’étant pas connecté à Internet). Sur le lieu de travail, ce serait la joie de pouvoir oublier ce qui se passe au travail pendant quelques jours.

Une organisation a même publiée un texte prônant également le JOMO, en soulignant ses avantages : profiter davantage de chaque instant, parvenir à une communication plus profonde avec l’environnement et les personnes rencontrées, voire même s’ennuyer un peu, un élément précieux pour l’imagination et la créativité.

3. Faire des choses qui donnent du plaisir

Pour beaucoup, cela semble être une évidence, mais pour les bourreaux de travail (ou ceux qui sont proches de souffrir de bourreaux de travail), le temps consacré aux loisirs, au repos ou à toute autre activité qu’ils ne jugent pas « productive » semble être du temps perdu. En plus du stress que cela génère, cela les empêche de faire les choses pour le simple plaisir de les faire.

Il est plutôt conseillé à chacun de pouvoir consacrer du temps à ce qu’il aime : lire un livre, jouer à un jeu quelconque, cuisiner, se promener, etc. Et tout cela s’applique, bien sûr, aussi bien en voyage qu’en vacances à la maison.

4. Évitez la précipitation et les activités trop nombreuses

La routine de la majeure partie de l’année signifie pour beaucoup de gens un emploi du temps très chargé, qui ne laisse presque pas de temps entre les activités. Parfois, cela conduit, presque inconsciemment, à programmer les vacances de la même manière : avec beaucoup de choses à faire, de plans, d’horaires, de précipitations, etc.

La meilleure façon de se détendre pendant les vacances est d’aller dans la direction opposée. Ne vous surchargez pas d’activités, ne vous précipitez pas d’un endroit à l’autre, essayez d’oublier les horaires. Mettre de côté le rythme frénétique du reste de l’année est essentiel pour bien se reposer et se déconnecter.

5. Attention aux excès

La période des fêtes est souvent associée à certains excès, notamment en matière de nourriture et de boisson. Mais là aussi, il faut faire attention, car une trop grande consommation de graisses saturées, d’alcool, de tabac ou d’autres substances peut être contre-productive.

De tels excès peuvent augmenter le niveau de stress de l’organisme et entraîner un inconfort et une lourdeur digestive. Un excès de caféine et de sucre peut rendre le sommeil difficile, ce qui nuit bien sûr à l’objectif de se détendre et de profiter de la période.

6. Restez physiquement actif

Il est clair que le but des vacances est de se reposer. Mais cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas être physiquement actif et profiter de ses bienfaits. Il ne doit pas nécessairement s’agir de sport ou d’exercice intense, bien sûr : la marche ou le yoga sont d’excellents moyens de rester en mouvement.

En outre, les vacances peuvent être l’occasion de se rapprocher de la nature et de faire des promenades en forêt ou à la campagne, ou simplement de profiter de nouveaux paysages et de l’air frais, ce qui permet de recharger les batteries et de se sentir mieux.