Les résolutions du Nouvel An : est-il conseillé de les prendre ou est-ce nuisible ?

Lorsqu’une année se termine et que la suivante commence, beaucoup d’entre nous ressentent l’envie de prendre des résolutions pour la nouvelle année. C’est l’attrait de « repartir à zéro », comme si changer de calendrier signifiait laisser toutes les erreurs du passé et maintenant oui réaliser toutes ces choses que nous voulons faire mais que nous n’avons pas pu faire jusqu’à présent.

Les résolutions les plus courantes sont de véritables classiques : perdre du poids, faire du sport, économiser de l’argent, arrêter de fumer, etc. Mais nous savons presque tous qu’il est difficile de tenir ces résolutions. En fait, on estime que seuls 8% de ceux qui en font atteignent leur objectif.

Étant donné qu’il peut être frustrant de se fixer des objectifs et de ne pas les atteindre, il convient de se poser la question suivante : est-il conseillé de dresser une liste de résolutions pour la nouvelle année, ou est-ce plutôt préjudiciable et donc préférable de les éviter ?

Quelques statistiques sur les résolutions du Nouvel An

Une étude a comparé le succès de deux groupes de personnes dans la réalisation de certains objectifs : d’une part, les personnes qui les ont pris comme résolutions du Nouvel An ; d’autre part, les individus qui voulaient se fixer ces objectifs, mais ne les ont pas fixés en tant que tels. Six mois plus tard, près de la moitié (46 %) des personnes qui avaient pris des résolutions du Nouvel An avaient atteint leurs objectifs. Dans l’autre groupe, seuls 4 % ont donné suite. D’après ces résultats, la réponse serait oui : la liste des résolutions est recommandable.

Par ailleurs, une étude scientifique réalisée en Suède a révélé que jusqu’à 55 % des personnes ayant pris des résolutions pour la nouvelle année les avaient tenues douze mois plus tard. Le degré d’épanouissement était plus élevé chez ceux qui se fixaient des objectifs positifs (faire certaines choses) que chez ceux qui prévoyaient d’éviter certains comportements. Il est également vrai, cependant, qu’une étude précédente de la même université de Scranton avait montré comment, avec le temps, les résolutions du Nouvel An sont abandonnées. Selon cette enquête, près d’un quart des personnes (23 %) avaient « oublié » leurs intentions à peine une semaine après le début de la nouvelle année.

Un mois plus tard, seuls 55% de ceux qui avaient pris des résolutions les avaient tenues ; six mois plus tard, 40%, et deux ans plus tard, 19%, un chiffre bien plus proche des 8% susmentionnés des estimations les moins optimistes.

Raisons pour lesquelles les résolutions ne sont pas tenues

Quel est le problème ? Pourquoi est-il si difficile de tenir ses résolutions ? L’un des principaux obstacles est la conviction que la seule volonté suffit. C’est, selon l’organisation, la raison que la plupart des gens donnent pour expliquer pourquoi ils n’ont pas pu atteindre leurs objectifs. Parmi les autres raisons courantes pour lesquelles ils ne parviennent pas à atteindre ces objectifs, citons la fixation d’objectifs irréalistes, la fixation d’un trop grand nombre d’objectifs, le fait de ne pas suivre les progrès réalisés, voire d’oublier les objectifs fixés.

Il existe cependant des raisons psychologiques plus profondes. La première est que le changement de calendrier, bien qu’important sur le plan symbolique, ne l’est pas sur le plan pratique, car la vie les activités, l’environnement, etc. Plutôt que le début de la nouvelle année, d’autres changements importants dans la vie quotidienne, tels qu’un déménagement, un changement d’emploi, le début ou la fin d’une relation, etc. peuvent constituer une incitation beaucoup plus forte à changer de comportement. C’est ce qu’expliquent des psychologues chercheurs au Royaume-Uni, qui appellent « effet de discontinuité » la facilité à atteindre ces objectifs de mode de vie s’ils s’accompagnent de changements structurels plus profonds.

Conseils pour prendre des résolutions du Nouvel An

Bien sûr, ce dernier point ne signifie pas que l’on ne peut pas prendre de résolutions pour la nouvelle année. Comme le montrent certaines des études citées ci-dessus, se fixer de tels objectifs pour le nouveau cycle peut avoir des résultats positifs et être très bénéfique. La psychologie offre d’ailleurs quelques conseils sur la manière de le faire correctement. Parmi les principales, citons les suivantes :

1. Choisissez des résolutions qui vous motivent

Le plus important est de penser à quelque chose qui motive vraiment, qui génère de la passion, sans trop penser à ce qui « est important » ou « devrait être fait » : « Avant de fixer un objectif, demandez-vous toujours pourquoi », dit une psychologue. La réponse à cette question vous donnera la force de vous battre pour votre objectif ».

2. Valoriser les récompenses immédiates que l’objectif peut générer

Une étude a révélé qu’au-delà de la valeur accordée à l’objectif final d’une finalité, ce qui aide vraiment à persister sur le chemin qui y mène est de recevoir une récompense immédiate. En d’autres termes, ce n’est pas seulement l’importance de l’objectif final qui doit être prise en compte, mais aussi la satisfaction qu’il peut apporter en cours de route.

3. Etre réaliste

Comme mentionné ci-dessus, se fixer des objectifs irréalistes est l’un des principaux obstacles à la réalisation de l’objectif. Plus l’objectif est ambitieux, plus il est difficile de le maintenir car « la motivation initiale diminue au fil du temps », comme l’explique un expert.

4. Fixez des objectifs précis

Un spécialiste souligne l’importance de ne pas fixer des objectifs en termes trop vagues, tels que « perdre du poids » ou « économiser de l’argent », car cela les rend difficilement quantifiables et il est difficile de savoir s’ils ont été atteints ou non. Il est préférable que l’objectif soit, par exemple, « de perdre un kilo par mois » ou « d’économiser cent euros par mois ».

5. Tenir un registre

Comme mentionné ci-dessus, l’absence de suivi des progrès est l’une des raisons courantes de l’abandon des résolutions. C’est pourquoi, comme le conseille un psychologue il est souvent utile de prendre des notes sur les progrès et les difficultés, ou de rayer des objectifs sur une liste.

6. Se concentrer sur les réalisations

Tout comme les objectifs positifs donnent de meilleurs résultats que les objectifs négatifs (« interdictions »), il est également important de se concentrer sur les réalisations et les petits triomphes.

« Tout développement implique des reculs », dit l’expert, donc c’est normal. Ce qui est conseillé, ajoute-t-il, c’est de se concentrer sur les réussites « car c’est ce qui vous donnera l’énergie nécessaire pour continuer à vous battre ».

7. Mettez les résolutions sous la forme d’une question

Les questions sont plus efficaces que les ordres ou les affirmations lorsqu’il s’agit d’amener quelqu’un à changer un certain comportement. C’est du moins la principale conclusion d’une méta-analyse publiée en 2015 après avoir analysé plus d’une centaine d’études sur la question publiées au cours des quatre décennies précédentes, qui a constaté que le message « Si vous buvez, ne conduisez pas » est moins convaincant que lorsqu’il est formulé sous forme de question : « Avez-vous bu et allez-vous conduire ? ». De même, une résolution du Nouvel An formulée sous forme de question, telle que « Allez-vous faire de l’exercice deux fois par semaine ? », peut être plus efficace qu’une résolution formulée sous forme d’impératif (« Faites de l’exercice »).

Nouvel an