Culture hydroponique : les avantages d’une laitue qui n’a jamais touché le sol

Qui sont les plus grands exportateurs de légumes du monde ? La Chine arrive en tête de liste, suivie des États-Unis et de l’Allemagne. Le prochain sur la liste va vous surprendre : Les Pays-Bas. La France occupe la neuvième place. Les Pays-Bas exportent deux fois plus de tomate que la France, et se rapprochent des chiffres du Mexique, un pays cinquante fois plus grand. Pour couronner le tout, les Pays-Bas sont le troisième exportateur mondial de fruits, juste derrière la France.

Pas mal pour un petit pays avec un ciel gris et très peu de soleil. Comment font-ils ? Avec la technologie. La Hollande est un pays à la pointe de l’agriculture intelligente et de l’agriculture de précision, et l’une des clés de cette révolution est l’hydroponie.

Plantes hors sol

L’hydroponie est un système de culture qui permet aux plantes de pousser dans de l’eau dans laquelle les nutriments ont été dissous, sans avoir besoin de terre. Au lieu de cela, un matériau de support inerte est utilisé pour maintenir les plantes en position verticale, comme la perlite, le basalte ou la fibre de coco. Les cultures peuvent être empilées verticalement, dans des plateaux, ce qui permet de réduire considérablement l’espace nécessaire. En fait, les villes du futur pourraient devenir les centres de la production agricole, avec des « gratte-ciel verts » où l’on cultive des plantes.

Bien que parfois confondue, l’hydroponie va bien au-delà de l’irrigation au goutte-à-goutte et des serres, qui reste la forme de production la plus courante. Contrairement aux plantes en terre, l’eau des cultures hydroponiques peut être récupérée et recyclée. Si l’on ajoute un éclairage artificiel avec une lumière LED à économie d’énergie, les cultures poussent beaucoup plus vite et permettent d’obtenir de meilleurs rendements. Il n’y a pas non plus besoin de pesticides car il s’agit d’un environnement fermé et contrôlé.

Les éléments nutritifs dissous dans l’eau d’irrigation sont l’azote, le potassium, le phosphore, le calcium, le magnésium et le soufre, plus d’autres éléments en plus petites quantités. Ils peuvent être obtenus à partir de diverses sources, du fumier et des fientes de poisson ou de volaille aux engrais synthétiques. Voici un autre avantage. On estime que 50 % de l’azote provenant des engrais utilisés dans l’agriculture traditionnelle n’atteint jamais les plantes et se perd par lixiviation ou évaporation. Cet excès d’engrais dans les cours d’eau crée des zones mortes comme dans le Golfe du Mexique. En revanche, pas une goutte ne s’échappe en culture hydroponique.

L’impact environnemental est beaucoup plus faible que dans l’agriculture extensive traditionnelle, même si l’on ajoute l’éclairage artificiel avec des LED, ce qui compense les économies d’eau, de carburant pour les tracteurs, les moissonneuses, ou de nitrates comme engrais, dont la fabrication consomme d’énormes quantités d’énergie. Comme les cultures hydroponiques s’adaptent à tous les climats, elles peuvent être produites localement et permettent d’économiser les émissions liées au transport des produits vers des destinations lointaines. Par exemple, dans le cas des Pays-Bas, le principal consommateur de ses fruits et légumes est l’Allemagne voisine.

Faire pousser des plantes sans terre n’est pas nouveau

Les premières mentions apparaissent dans l’Histoire naturelle de Francis Bacon en 1627. La solution nutritive exacte pour nourrir les plantes a été décrite par des botanistes allemands à la fin du XIXe siècle. Aujourd’hui, l’hydroponie est une méthode courante de culture en laboratoire, mais les progrès réalisés ces dernières années en font la grande promesse pour nourrir les 10 milliards d’habitants de la planète d’ici 2050.

En fait, l’agriculture d’aujourd’hui est l’une des plus grandes menaces pour l’environnement. La macro-exploitation agricole, la déforestation, la disparition des espèces, le transport des produits, l’épuisement des sols et, enfin, les émissions de gaz à effet de serre produites tant par l’activité elle-même que par la fabrication d’engrais de synthèse, remettent en question la durabilité du modèle agricole actuel.

Selon les données de l’INE, 80 % de l’eau potable en France est utilisée pour l’agriculture. Malheureusement, seule la moitié des terres irriguées du pays est irriguée au goutte-à-goutte. Un quart est irrigué par des fossés d’irrigation et le reste par des arroseurs, deux méthodes qui entraînent une énorme consommation et des pertes d’eau potable par filtration et évaporation.

Certains experts estiment que l’hydroponie pourrait remplacer complètement l’agriculture traditionnelle, tout comme la charrue romaine a remplacé les trous dans le sol pour planter les graines.

Les avantages :

  • Des rendements plus élevés : les cultures hydroponiques produisent 3 à 10 fois plus de nourriture que l’agriculture conventionnelle dans le même espace.
  • Aucun herbicide ou pesticide n’est nécessaire, car l’environnement est contrôlé.
  • Consommation d’eau 20 fois inférieure à celle de l’agriculture conventionnelle.
  • Les plantes poussent en deux fois moins de temps.
  • Des aliments plus nutritifs : la valeur nutritionnelle augmente à mesure que le temps entre la plantation et la récolte est réduit.
  • Pas de contamination des sols et de l’eau des rivières par les engrais et les pesticides.
  • Culture dans tout climat et tout type de sol.

Les inconvénients :

Mais il n’y a pas que des avantages. En particulier, un investissement initial élevé dans la technologie et les matériaux est nécessaire. Cependant, les rendements élevés permettent de l’amortir facilement. Surtout si l’on tient compte des coûts et des externalités des dommages environnementaux de l’agriculture conventionnelle. En fait, le marché de l’hydroponie a quadruplé en six ans seulement.

La culture hydroponique à domicile

Bien que l’agriculture de précision utilise des capteurs de température et d’humidité, des systèmes d’irrigation contrôlés par ordinateur et des filtres à air, vous n’avez besoin de rien de tout cela pour avoir votre propre jardin hydroponique. Il existe des kits de démarrage qui comprennent les supports et la pompe d’irrigation, mais on peut aussi le construire soi-même avec des matériaux provenant de n’importe quelle quincaillerie ,vous avez besoin de :

  • Un récipient rectangulaire de 30 litres avec un plateau qui s’adapte dessus.
  • Une pompe d’aquarium est installée pour pomper l’eau du récipient dans le plateau.
  • Les plantes sont placées dans le plateau avec des supports en fibre de coco ou en laine de roche.
  • Le récipient est rempli d’eau contenant des nutriments dissous, qui doivent être remplacés chaque semaine.
  • Le récipient contenant les plantes est placé dans un endroit ensoleillé ou sous des lampes de culture LED.
  • L’hydroponie fait également partie du projet d’Elon Musk de coloniser Mars, mais pour autant, il est beaucoup plus logique de l’utiliser pour sauver la Terre et nourrir ses habitants.

Culture hydroponique 2