Quels sont les risques d’une consommation excessive d’eau ?

Les risques de déshydratation sont souvent évoqués. Le manque d’eau pour le bon fonctionnement de l’organisme est un problème courant par temps chaud. C’est particulièrement vrai pour les sportifs, les personnes âgées, les enfants et les personnes atteintes de certaines maladies.

Pour cette raison et aussi à cause de mythes tels que celui qui veut que l’on boive deux litres d’eau par jour, aujourd’hui démantelé mais toujours valable boire de grandes quantités d’eau, surtout à l’approche de l’été, est considéré comme une habitude saine.

Il existe cependant un autre risque, dont on parle beaucoup moins : celui d’abuser de l’eau. Boire tellement que le corps est incapable de le traiter et de l’éliminer, ce qui peut entraîner des problèmes de santé. Mais quelle quantité d’eau devez-vous boire pour que cela se produise ?

Surhydratation et satiété

En réalité, tout comme il n’y a pas de montant minimum applicable à tous, il n’y a pas de montant maximum. La bonne quantité dépend d’un certain nombre de facteurs tels que le poids corporel, l’activité et le climat de la région où vous vivez.

Mais si l’apport en eau est excessif, le corps ne sera pas en mesure d’éliminer autant d’eau. La surhydratation s’accompagne d’un risque d’hyperhydratation, dont les premiers symptômes sont bénins distraction et léthargie mais peuvent devenir graves et entraîner des vomissements, une confusion, des convulsions, voire la mort.

Bien entendu, la surhydratation est beaucoup moins fréquente que la déshydratation. Pour nous empêcher de boire trop d’eau, le corps dispose d’un mécanisme de défense qui est l’opposé de la soif : la sensation de satiété.

Une étude menée par des scientifiques, publiée en 2016, a comparé les réponses cérébrales de deux groupes d’individus : d’une part, des personnes qui venaient de faire du sport ; d’autre part, des sujets qui avaient récemment consommé beaucoup d’eau.

Les tests IRM ont montré que dans le second groupe, il y avait une forte activité dans la zone préfrontale du cerveau : ces personnes avaient beaucoup plus de mal à avaler le liquide que celles qui avaient fait de l’exercice.

Tous ces résultats, disent les conclusions des chercheurs, sont cohérents avec la présence d’une inhibition de la déglutition après une consommation excessive d’eau. Ils ajoutent que cette inhibition est donc un mécanisme important dans la régulation générale de la prise de liquide chez l’homme.

Boire de l'eau

Pourquoi certaines personnes boivent-elles trop d’eau ?

C’est en raison de ce mécanisme de défense que, dans des circonstances normales, presque personne ne boirait plus d’eau que ce que son corps lui demande, pour ainsi dire. Mais il y a des cas où cela se produit.

Par exemple, lorsqu’une personne est convaincue qu’elle doit boire deux à trois litres d’eau par jour et s’y oblige, même lorsqu’elle se sent rassasiée. L’ecstasy, en revanche, est une drogue très assoiffée et peut conduire une personne à boire de grandes quantités d’eau en très peu de temps, avec le risque de surhydratation que cela comporte.

Un autre cas est celui des sportifs, notamment des athlètes, qui boivent beaucoup d’eau pour éviter la déshydratation. Le résultat peut être tout le contraire : une surhydratation, avec des conséquences tout aussi graves, voire pires, que celles qu’ils essayaient d’éviter.

Il y a deux décennies, lors du marathon de Boston 2002, l’Équatorienne Cynthia Lucero alors âgée de 28 ans s’est effondrée en pleine course et est décédée quelques jours plus tard. Bien qu’au début, il y ait eu des doutes sur la cause de sa mort (et on a même parlé de déshydratation), les enquêtes ultérieures ont déterminé que la raison était une hydratation excessive.

Il faut également noter que l’hyperhydratation n’est parfois pas due à un apport hydrique trop important, mais au fait que les reins n’éliminent pas l’urine normalement.

Ce risque existe également, précise le même manuel, dans le cas des bébés prématurés dont les reins ne sont pas encore matures ou chez les personnes souffrant d’un problème appelé syndrome de sécrétion inappropriée de l’hormone antidiurétique. Dans ce cas, l’hormone est sécrétée en si grande quantité que la personne est incapable d’uriner et, par conséquent, son corps souffre de rétention d’eau.

Les problèmes d’un excès d’eau dans le corps

Pourquoi l’excès d’eau dans le corps est-il une mauvaise chose ? Le principal problème est que la concentration de sodium – dilué par une trop grande quantité de liquide – diminue dans le sang. Si cette concentration descend trop bas (à moins de 135 milliéquivalents par litre), il y a hyponatrémie.

C’est cette hyponatrémie qui est responsable des symptômes mentionnés ci-dessus : confusion, somnolence, vomissements, convulsions et perte de conscience pouvant mettre la vie en danger. Un type spécifique d’hyponatrémie est l’hyponatrémie associée à l’exercice (comme celle qui a touché Cynthia Lucero), décrite dans les années 1980 et qui a fait l’objet de nombreuses études ces dernières années.

D’autant plus que comme le souligne une méta-analyse de 2017 les cas recensés ces dernières années ne se limitent plus aux sportifs d’élite, mais concernent de simples amateurs de sport qui ne prennent pas en compte les risques.

Lorsqu’une surhydratation est détectée, le traitement est simple : limiter l’apport en liquide et agir sur la cause de la surhydratation. Toutefois, une telle restriction de l’apport hydrique doit être supervisée par un médecin, car une réduction trop radicale pourrait entraîner des problèmes supplémentaires.

Il est parfois nécessaire d’utiliser des médicaments pour aider le corps à éliminer les fluides. Dans tous les cas, le médecin recherchera les raisons de l’hydratation excessive, afin d’éviter qu’elle ne se reproduise.

La prévention est également importante : n’oubliez pas que boire trop d’eau peut être aussi mauvais que de ne pas en boire assez. Et que la soif bien qu’il s’agisse d’une sensation qui peut être altérée par certaines maladies, chez les personnes âgées, etc. est le meilleur moyen de réguler la quantité d’eau à boire et le moment où il faut s’arrêter.