Pourquoi la chaleur nous met-elle de mauvaise humeur ?

Le temps a une grande influence sur la façon dont nous nous sentons. Bien que de nombreuses personnes associent l’été à des sentiments de détente et à l’occasion de passer du temps à l’extérieur avec les amis et la famille, dans certains cas, les journées chaudes augmentent l’irritabilité et nous rendent plus sensibles.

Quand le chauffage est en marche

Les températures en France ont augmenté de 1,7°C depuis l’époque préindustrielle et de 1,3°C au cours des 60 dernières années. Selon les données de l’Agence météorologique Française, le nombre de jours extrêmement chauds au cours des 30 dernières années a été beaucoup plus élevé que ce que l’on pourrait attendre d’un climat qui ne se réchauffe pas.

Alors que nous essayons de comprendre l’impact du changement climatique sur la planète, on s’intéresse aussi de plus en plus depuis plusieurs années à la façon dont il affecte les humains. La chaleur peut être tout à fait insupportable pour de nombreuses personnes, surtout lorsque nous subissons des températures excessives depuis plusieurs semaines déjà.

Les nuits blanches, la transpiration constante et les températures extrêmes nous mettent à l’épreuve pendant les vagues de chaleur de plus en plus fréquentes. Des études montrent que le temps chaud peut provoquer des sautes d’humeur et des irritations.

Parce que des températures ambiantes trop élevées peuvent réduire le comportement social. En d’autres termes, ils nous rendent moins sympathiques et fournissent une bonne excuse pour une mauvaise réaction. Au-delà d’un certain niveau de chaleur, le corps doit se surmener pour s’adapter, ce qui peut entraîner des malaises.

Le binôme chaleur et mauvaise humeur

Bien que le lien entre le climat et la météo soit positif, il l’est dans une certaine mesure. Les attitudes positives semblent s’affaiblir lorsque le temps est particulièrement étouffant, comme c’est le cas cet été. Il existe de nombreuses théories expliquant pourquoi la chaleur rend les gens plus furieux.

Certains nous disent que les réactions physiologiques à la chaleur sont responsables car elles provoquent une augmentation du rythme cardiaque, de la testostérone et d’autres réactions métaboliques qui activent le système nerveux sympathique, responsable de la réaction de combat ou de fuite.

Sous l’effet de la chaleur, le rythme cardiaque s’accélère et la pression sanguine augmente, des symptômes que le corps associe à l’exposition à l’anxiété. Résultat : la sécrétion de cortisol, l’hormone du stress, génère cette émotion inconfortable : l’irritabilité, qui survient sans prévenir, et sans raison apparente.

La tendance à l’impulsivité est également liée au manque d’oxygène dont souffre le corps par temps chaud. Lorsque notre corps ne peut plus réguler sa température par la transpiration, la respiration doit faire face à un déficit en oxygène, ce qui nous rend plus irritables.

Mais les réactions varient d’une personne à l’autre. Les personnes souffrant de maladies mentales ou sous traitement psychiatrique sont plus touchées par les vagues de chaleur, car les médicaments antidépresseurs et anxiolytiques accélèrent déjà le rythme cardiaque et augmentent la pression sanguine.

Les effets de la chaleur expliqués par la science

Il a été démontré que lorsque les températures ne baissent pas suffisamment la nuit, il n’est pas facile de s’endormir. Le risque de réveils nocturnes augmente par temps chaud et le manque de sommeil a un impact direct sur l’humeur du lendemain.

Une étude menée sur un groupe de jeunes vivant dans des résidences universitaires, a montré que la chaleur excessive réduit également les performances intellectuelles, et pas seulement les performances physiques.

Dans le même ordre d’idées, une autre étude a révélé que les jours où les températures étaient supérieures à 26ºC, les résultats des élèves aux tests étaient plus faibles et que leurs capacités cognitives étaient donc affectées.

Un autre facteur de risque dans le manque de contrôle émotionnel est le risque de déshydratation. Demander à notre corps, en particulier au cerveau, de fonctionner avec un manque d’eau peut nous mettre à l’épreuve. Le manque d’eau diminue la circulation sanguine et le cerveau est moins bien alimenté.

Ce mécanisme entraîne des dysfonctionnements de l’organisme qui se traduisent par des phases d’irritabilité et de tristesse, ainsi que par des troubles de la concentration et de la mémoire.

Une autre étude a montré une autre tendance : lorsque la température augmente, la sociabilité diminue. Les experts ont analysé des données sur la façon dont les gens réagissent à des températures chaudes par rapport à des températures froides et ont conclu qu’ils sont 50 % moins susceptibles d’adopter un comportement social, tel que le bénévolat.

Comme mentionné ci-dessus, un autre des effets les plus caractéristiques de la chaleur est l’irritabilité. En 2013, une étude a révélé qu’une simple augmentation de 1°C suffisait à accroître la violence physique et verbale de 4 %.

Chaleur et humeur 2