Technostress : comment l’adaptation à la technologie nous affecte

Nous vivons dans un monde hyperconnecté, dans lequel les réponses et les récompenses immédiates se démarquent. L’internet, la téléphonie mobile, les technologies de l’information et de la communication (TIC), le commerce électronique et le télétravail ont créé un scénario jamais vu auparavant. La numérisation a radicalement changé non seulement l’environnement de travail, mais aussi l’environnement personnel.

Selon le rapport mondial sur l’environnement numérique 2021, sur tout ce qui se passe dans le monde numérique à travers le monde, en France près de 43 millions de personnes passent en moyenne six heures et onze minutes par jour à surfer sur le net et 80% d’entre elles se connectent deux heures par jour sur les réseaux sociaux.

Par conséquent, beaucoup d’entre eux passent non seulement une bonne partie de leur temps de travail connecté à un écran, mais aussi de nombreuses heures de loisirs et de relations sociales autour de ces écrans. Malgré les avantages offerts par la numérisation, le progrès technologique et son impact sur la vie des gens posent de nouveaux défis, qui ne sont pas tous positifs.

Quand notre relation avec la technologie est source de stress

Lorsque notre relation avec la technologie nous met mal à l’aise, nous parlons de technostress, un terme utilisé pour la première fois dans les années 1980 comme une maladie moderne d’adaptation causée par l’incapacité à faire face aux nouvelles technologies de manière saine.

Au fil des ans, le terme a évolué pour devenir aujourd’hui un concept psychologique négatif associé à l’utilisation des nouvelles technologies. Parmi les symptômes les plus courants qui apparaissent souvent, citons l’irritabilité, l’anxiété, le surpoids, la peur et le rejet de la technologie.

Ce phénomène est complexe et peut être causé par plusieurs raisons telles que le manque de formation adéquate aux nouvelles technologies, le rythme rapide des changements technologiques et une charge de travail accrue. Selon des experts de la sécurité et de la santé au travail, on peut parler de plusieurs types de technostress :

Techno-dépendance :

Désir incontrôlable d’être connecté en permanence, qui entraîne un malaise et une détérioration de la vie des gens. Elle s’est accentuée, notamment chez les jeunes, en raison de la prolifération des smartphones et des tablettes.

Technoanxiété :

La personne éprouve des niveaux élevés d’anxiété, avec des tensions et des malaises dus à l’utilisation d’un certain type de technologie. Des pensées négatives sur sa propre capacité et compétence dans l’utilisation de la technologie sont souvent générées. L’anxiété, dans ce cas, est précédée d’un manque de connaissances ou de compétences dans l’utilisation des technologies, et non d’une utilisation excessive. Car, bien que l’utilité des nouvelles technologies soit précisément d’aller plus vite, de faciliter les choses, d’être moins coûteux et de permettre de faire plus de travail, nous devons garder à l’esprit que pour réaliser ces compétences, nous devons d’abord les apprendre.

Techno-fatigue :

Elle est définie comme la sensation de fatigue et d’épuisement mental provoquée par l’utilisation excessive des technologies de l’information et de la communication. La complexité est une arme à double tranchant : les outils informatiques sont créés pour simplifier les tâches, mais on en ajoute de plus en plus. Par exemple, il y a quelques années encore, nous ne devions répondre qu’aux courriers électroniques. Il y a maintenant Whatsapp, Messenger, Instagram, Twitter, etc. En nous libérant de certaines tâches répétitives, la technologie a favorisé la surcharge, car elle en ajoute d’autres à accomplir.

Technostress 2

Comment gérer le technostress ?

Les technologies, continueront d’évoluer et d’imposer des changements. Cela signifie que la grande majorité des actifs devront actualiser leurs compétences un grand nombre de fois au cours de leur vie professionnelle.

La question n’est donc pas tant de résister au changement que de le gérer de manière harmonieuse et intelligente, de sorte que le stress qui pourrait accompagner ces changements reste sous contrôle. Voici quelques moyens d’y parvenir :

Reconnaître les signes

C’est l’une des premières mesures à prendre pour faire face au stress que provoque la technologie lorsqu’elle domine nos vies et nous prive de temps à consacrer à nos amis et à notre famille.

Se former à la technologie

Se former à la technologie est primordial pour ne pas se sentir dépassé et, au contraire, se sentir capable d’accomplir une tâche donnée. Il est important de se concentrer sur la formation aux technologies qui sont utiles.

Accordez-vous des moments de déconnexion

Aller se promener (sans son téléphone portable) ou rencontrer quelqu’un vous permettra de vous déconnecter un moment et de vous éloigner des écrans. Nous pouvons également fixer un créneau horaire pour des tâches telles que la réponse aux messages.

Demandez une aide psychologique si le stress devient pathologique

L’épuisement psychologique ou l’anxiété, ou le fait de rester devant l’ordinateur sans savoir quoi faire peuvent être certains des symptômes de la techno-anxiété. Nous devrions utiliser la technologie parce que nous en avons besoin, et non parce que nous nous ennuyons et ne savons pas quoi faire.
La solution, loin de rejeter la technologie, consiste à savoir en faire bon usage afin qu’elle n’ait pas d’impact négatif sur notre santé.