Puberté 2

Puberté précoce, moins de spermatozoïdes : les conséquences hormonales de la pollution

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Temps de lecture :6 min de lecture
  • Post category:Société

La longueur moyenne mondiale du pénis a augmenté de 24 % au cours des 29 dernières années, conclut une nouvelle méta-analyse réalisée par l’université de Stanford en collaboration avec des scientifiques d’autres institutions.

Pour parvenir à cette conclusion, 75 études publiées entre 1942 et 2021 et portant sur 55 761 hommes au total ont été évaluées. La longueur moyenne de l’érection est passée de 12,1 cm à 15,24 cm au cours des trois dernières décennies.

La nouvelle peut paraître curieuse, mais pour les chercheurs, c’est une source d’inquiétude. Un changement aussi remarquable en si peu de temps signifie que quelque chose affecte l’homme. Le principal suspect est l’exposition aux polluants.

La longueur du pénis, comme d’autres caractéristiques sexuelles secondaires, est largement déterminée par les hormones. Pendant la puberté, les niveaux de testostérone augmentent chez les hommes, ce qui entraîne une augmentation de la taille et de la musculature, une croissance des cheveux, une modification de la voix et une augmentation de la taille du pénis.

Au cours des dernières décennies, des signes de perturbations hormonales ont également été observés chez les femmes, notamment une menstruation et une puberté plus précoces.

En Europe, l’âge moyen de la ménarche était de 16 ans au début des années 1850. Au début du 20e siècle, il est tombé en dessous de 15 ans. Aujourd’hui, il est de 12,5 ans. Une puberté précoce n’est pas une bonne nouvelle, car elle est associée à un risque accru de cancer du sein et du col de l’utérus.

De nombreuses études désignent le surpoids et l’obésité chez l’enfant comme des causes de la puberté précoce, mais ces facteurs ne peuvent à eux seuls expliquer un effet aussi prononcé. Les chercheurs s’intéressent aux polluants présents dans notre environnement, appelés perturbateurs endocriniens.

Les perturbateurs endocriniens dans l’environnement

Les perturbateurs endocriniens environnementaux sont des substances présentes dans l’environnement, les aliments, les produits d’hygiène personnelle et d’autres produits manufacturés qui interfèrent avec le fonctionnement normal de nos hormones.

Ces composés imitent, bloquent ou interfèrent avec les hormones du système endocrinien humain. Il peut s’agir de substances naturelles ou artificielles, et leurs effets néfastes s’étendent au développement de l’enfant, à la reproduction, au système neurologique et au système immunitaire. Les plus courants sont les suivants :

  • Le bisphénol A (BPA) : utilisé dans la fabrication des plastiques et des résines époxy, il est présent dans de nombreux produits, y compris les emballages alimentaires.
  • Dioxines : sous-produits de la production d’herbicides et du blanchiment du papier, également libérés dans l’environnement lors de l’incinération des déchets et des incendies de forêt.
  • Substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées (PFAS) : largement utilisées dans des applications industrielles telles que les mousses anti-incendie et les revêtements antiadhésifs pour les poêles, le papier et les textiles.
  • Phtalates : utilisés pour rendre les plastiques plus flexibles, ils sont également présents dans certains emballages alimentaires, cosmétiques, jouets pour enfants et dispositifs médicaux.
  • Phytoestrogènes : substances végétales naturelles ayant une activité semblable à celle des hormones, comme la génistéine et la daidzéine que l’on trouve dans les produits à base de soja tels que le tofu ou le lait de soja.
  • Polychlorobiphényles (PCB) : utilisés dans la fabrication d’équipements électriques, tels que les transformateurs, et dans les fluides hydrauliques, les fluides caloporteurs, les lubrifiants et les plastifiants.
  • Triclosan : présent dans certains produits antimicrobiens et de soins personnels, tels que les gels douche.
    Aucun de ces composés ne peut faire partie d’un produit alimentaire ou d’un médicament, mais ils sont encore utilisés dans de nombreux produits quotidiens et industriels.

En outre, de nombreux pesticides et herbicides utilisés dans l’agriculture jusqu’à récemment agissaient en interférant avec le système endocrinien des insectes et leur capacité à se reproduire. Malheureusement, l’utilisation de substances telles que le chlorpyrifos ou le DDT a également affecté des millions de personnes avant d’être interdite.

Nombre de ces substances perturbent les hormones même à de très faibles doses, comme celles qui peuvent résulter du contact de l’eau potable ou des aliments avec des produits qui en contiennent.

L’UE renforce la réglementation de ces substances dans l’agriculture et l’industrie, mais certains pays et secteurs n’ont pas encore adhéré aux recommandations.

Hormones modifiées par l’air

En plus de ce qui précède, la pollution et les substances toxiques les plus courantes ont des effets perturbateurs sur les hormones. La fumée de tabac, bien qu’elle ne soit pas généralement considérée comme un perturbateur endocrinien, peut avoir des effets similaires en raison de sa teneur en cadmium, et l’exposition prénatale des mères fumeuses, ainsi que l’exposition des filles à la fumée passive pendant l’enfance, sont associées à un âge de la ménarche plus bas.

Il est également prouvé que certains polluants atmosphériques ont des effets de perturbation endocrinienne. Les perturbations hormonales causées par l’air pollué ont été associées à des problèmes de fertilité chez les hommes et les femmes.

Des études ont montré que les personnes exposées à un air fortement pollué sont plus susceptibles d’avoir un sperme de mauvaise qualité et des menstruations irrégulières.

Le plomb, qui était utilisé dans l’essence jusqu’à une date relativement récente, est un perturbateur endocrinien qui affecte les niveaux d’hormones reproductives, telles que l’hormone lutéinisante (LH) et l’hormone folliculo-stimulante (FSH), tant chez l’homme que chez la femme.

Bien que la pollution atmosphérique affecte les fonctions reproductives des hommes et des femmes, elle a un impact particulier sur les paramètres du sperme chez les hommes, ce qui est déjà observé dans le monde entier.

Une méta-analyse a montré que le niveau de pollution de l’air est significativement associé à une diminution du volume du sperme, à une baisse de la concentration et de la mobilité des spermatozoïdes et à une augmentation des spermatozoïdes malformés.

Nous pouvons éviter de consommer des aliments en contact avec du plastique, laver nos fruits et légumes et veiller à ne pas chauffer les récipients en plastique au micro-ondes, ce qui multiplie l’émission de substances nocives.

En revanche, nous disposons de moins de moyens pour réduire la pollution de l’air, au-delà de la réduction de l’utilisation de la voiture. Ce sont les gouvernements qui, lorsqu’ils prennent des mesures structurelles, comme la fermeture des centres-villes à la circulation, sont beaucoup plus efficaces.

Puberté