Café 2

Le changement climatique nous privera-t-il de bon café ? Les experts ne l’excluent pas

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Temps de lecture :5 min de lecture
  • Post category:Société

Avez-vous pris un café ce matin ? Peut-être en avez-vous pris plus d’un, et des milliards de personnes dans le monde sont avec vous. Le café est le psychotrope le plus consommé au monde (il contient de la caféine, un stimulant). Mais votre café du matin est peut-être en danger. Le café, comme la vigne, est une culture sensible qui nécessite un ensemble spécifique de conditions pour pousser, comme une gamme de températures appropriées, des précipitations régulières et certaines conditions de sol.

Le changement climatique entraîne des modifications de ces conditions, telles que la hausse des températures, la modification du régime des précipitations et l’augmentation de l’incidence des parasites et des maladies.

En conséquence, la production de café a été affectée dans plusieurs régions productrices, notamment en Amérique centrale et du Sud et dans certaines parties de l’Afrique et de l’Asie. Selon l’Organisation internationale du café (OIC), on estime qu’environ 10 millions de tonnes de café sont consommées chaque année dans le monde.

Le pays le plus producteur de café au monde est la Finlande, avec près de 12 kilos de café par personne et par an, suivie de près par la Norvège et la Suède. La France occupe la 23e place, avec quatre kilos et demi de café par personne et par an, dépassant même les États-Unis, qui sont toutefois le plus grand consommateur en volume.

Dans ce pays, le café est la boisson la plus populaire après l’eau, et on estime que 64% des adultes en boivent au moins une tasse par jour. Dans de nombreux pays, dont le nôtre, le café n’est pas seulement une boisson. C’est aussi un rituel social qui permet de faire une pause et d’entrer en contact avec les autres. La consommation de café est un phénomène mondial, et sa popularité ne montre aucun signe de déclin. Puis est arrivé le changement climatique.

Le café en danger

Une nouvelle étude menée par des scientifiques suisses révèle que le monde pourrait perdre la moitié de ses meilleures terres de culture du café à cause du changement climatique.

Et ce, uniquement dans le cadre d’un scénario modéré. L’étude révèle également que les avocats, qui consomment énormément d’eau, et les noix de cajou pourraient suivre le même sort, portant ainsi un coup fatal à la culture hipster qui se retrouverait privée de son petit-déjeuner composé d’un flat white au lait végétal et d’un toast à l’avocat.

L’étude a examiné comment les conditions de culture du café évolueront d’ici à 2050 sur la base des projections de divers modèles climatiques mondiaux. Les résultats montrent qu’à cette date, les plants de café seront moins adaptés à la culture dans les régions de culture actuelles en raison des effets du changement climatique.

L’arabica, le café de la meilleure qualité, qui représente 60 % de la production totale, est une culture très délicate qui nécessite des conditions spécifiques pour pousser : de l’ombre et des températures légèrement fraîches.

Une étude de 2019 considérait déjà que cette variété était en danger d’extinction. Actuellement, les zones les plus propices à la culture du café se trouvent en Amérique centrale et du Sud, notamment au Brésil, ainsi qu’en Afrique centrale et occidentale et dans certaines parties de l’Asie du Sud et du Sud-Est.

Ce sont précisément ces régions qui souffriront le plus du changement climatique, et des millions de personnes pourraient être touchées en cas de mauvaises récoltes. L’Éthiopie en est un exemple. L’Éthiopie ne représente que 3 % de la production mondiale de café. Mais le café représente 60 % de ses recettes d’exportation.

En outre, l’industrie du café éthiopienne fait vivre 15 millions de personnes. En Amérique latine, plus de 90 % des terres cultivées en café pourraient cesser de produire du café d’ici 2050. Si cette tendance se poursuit, elle pourrait réduire l’offre mondiale de café et faire grimper les prix. En outre, les changements affecteront plus rapidement la qualité et le goût du café.

Des solutions pour le café du futur

Les producteurs de café seront probablement contraints de se tourner vers d’autres cultures ou d’abandonner la production dans leur pays d’origine et, comme pour le vin, de nouveaux producteurs de café, auparavant impensables, pourraient apparaître.

D’autres devront se tourner vers la variété Robusta, plus résistante, moins chère et au rendement plus élevé, mais au goût médiocre. Une autre option consiste à abandonner l’espèce actuelle.

Des chercheurs du Royaume-Uni ont sauvé une variété sauvage oubliée de café, appelée Coffea Stenophylla en Afrique de l’Ouest, qui a le même goût que l’Arabica mais peut pousser dans des conditions plus chaudes.

Des milliards de personnes sont prêtes à payer plus cher avant de renoncer à leur café du matin, mais il semble que le café du futur sera en grande partie plus cher et aura un goût différent.

Café