Reposez-vous en travaillant : prenez des « vacances » sans demander de jours de congé

Si vous vous sentez déjà épuisé mentalement, malgré vos vacances d’été, vous n’êtes pas seul. Apprenez à recharger votre énergie pendant votre temps de travail et à être plus productif.

Je viens de rentrer de vacances et je dois admettre que le fait d’être devant un écran pendant huit heures par jour est assez éprouvant. Et j’aime mon travail. Ce n’est pas un mois de septembre comme les autres. C’est la deuxième fête « bizarre », la deuxième rentrée des classes de l’ère pandémique. Et la fatigue mentale que beaucoup d’entre nous ressentaient avant l’été n’est pas résolue par quelques jours à la plage. Nous passons la majeure partie de notre vie au travail, mais nous laissons du bien-être à nos loisirs. Il est temps de repenser radicalement notre façon de travailler. Il est essentiel de commencer à donner à notre journée de travail des « vacances pour l’esprit ». S’accorder des pauses, contrairement au bon sens de certains, n’est pas un acte de paresse, mais vous aide à être plus efficace et créatif.

Recharge de la batterie interne

Nous avons tendance à prendre davantage soin de la batterie de notre téléphone portable que de notre batterie interne. Si le téléphone nous dit qu’il est à 10%, nous savons que nous devons le charger. D’un autre côté, même si nous sommes fatigués, la plupart du temps, nous continuons à avancer.

Un moyen simple d’éviter de passer dans le rouge est de faire des pauses régulières. La performance dépend moins de l’effort soutenu que de la capacité à se reposer et à se recharger. Les athlètes ne le savent que trop bien, et les recherches sur les avantages de l’arrêt au travail sont de plus en plus nombreuses, surtout lorsque nous passons autant de temps devant l’écran. En mars dernier, une entreprise a mené une expérience. Elle a mesuré l’activité mentale de 14 personnes ayant participé à quatre réunions d’une demi-heure. La première semaine, les 14 personnes ont enchaîné les réunions . La semaine suivante, avec des pauses de 10 minutes entre chaque, ils en ont profité pour méditer. La différence était abyssale : avec des pauses, ils ont réduit leur niveau de stress, ont gagné en concentration et ont eu des niveaux d’interaction plus élevés.

Des pauses qui déstressent

Conditions de travail 3

La clé est de faire des pauses pour reposer l’esprit, mais cela ne doit pas nécessairement passer par la méditation, comme dans l’étude. Le multitâche est la chose à éviter, et cela est souvent associé au fait de mettre son téléphone portable de côté (qui n’a jamais vérifié son téléphone pendant qu’il était aux toilettes ?). L’important est de trouver quelles sont les activités qui permettent de recharger son énergie. Il a été démontré que le fait de se connecter avec les sens aide à réduire le niveau de stress. Les possibilités sont nombreuses : caresser son animal de compagnie, regarder l’horizon pendant un moment, sortir dans la nature, écouter de la musique… Parfois, si je travaille à la maison, entre deux réunions, je fais la vaisselle. Le fait de toucher l’eau et de me concentrer sur le nettoyage me permet souvent de me décoincer mentalement. Une autre occasion de trouver un espace mental se trouve au début et à la fin de notre journée. Ces moments dans le métro ou dans la voiture sur le chemin du travail sont excellents non seulement pour séparer le travail et la vie personnelle, mais aussi pour décompresser. Le télétravail et le « navettage virtuel » peuvent s’en inspirer. C’est-à-dire aller se promener un peu avant de s’asseoir devant l’écran et à la fin de la journée.

Faciliter l’arrêt

Pour vous obliger à faire des pauses, la technologie peut vous aider. À un niveau simple, une simple alarme toutes les 60 ou 90 minutes peut servir de rappel. Dans le monde du développement, on utilise beaucoup la technique Pomodoro, avec 25 minutes de concentration et 5 minutes de pause. À un niveau plus sophistiqué, vous pouvez demander à votre téléphone portable ou à votre montre intelligente de vous rappeler toutes les quelques minutes de faire une pause. Il en va de même pour les plateformes de travail collaboratif comme Teams. Parfois, il y a des espaces entre une chose et une autre où nous pouvons nous arrêter, mais comme nous sommes improvisés, nous finissons par les gaspiller. Soit nous commençons à réfléchir à ce qu’il faut faire et nous perdons du temps, soit nous l’utilisons pour effectuer des tâches, comme la consultation des e-mails, qui ne nous aident pas à nous ressourcer. Un institut propose comme solution d’avoir une liste d’activités possibles à faire en fonction de la pause, qu’elle soit courte (5-15 minutes), moyenne (15-30 minutes) ou longue (plus de 60 minutes). Puis, lorsque l’occasion se présente, choisissez-en une et foncez.

Plus de temps ou un meilleur environnement ?

Ces derniers mois, on a beaucoup discuté pour savoir si la solution pour améliorer la productivité, le repos et l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée des travailleurs, ainsi que le taux de rotation, consistait à mettre en place la semaine de quatre jours. En octobre, deux grandes entreprises Française la mettent à l’épreuve : le 1ère lance un programme pilote et les employés voteront pour savoir s’ils veulent passer de 39,5 à 34,5 heures, avec une réduction de salaire. Avoir un jour de congé supplémentaire par semaine est une pratique assez courante dans le monde du logiciel, mais pour le moment, une mise en œuvre massive en France semble plutôt improbable. La vérité est que les entreprises dotées de bons départements de ressources humaines se rendent compte que, si elles ne donnent pas de flexibilité à leurs employés, la concurrence grugera leurs bénéfices. C’est dans ce sens que des mesures sont prises pour promouvoir le télétravail certains jours de la semaine. Si vous voulez vous éloigner du bureau, une façon de recharger vos batteries qui m’a beaucoup aidé est de télétravailler en dehors de la ville, avec la nature comme toile de fond. Il y a de plus en plus d’initiatives qui aident à faire du télétravail à partir de maisons ou de villages ruraux.

En mars dernier, j’ai télétravaillé depuis un petit village d’environ 80 habitants situé près des Pyrénées. Le temps que je passais devant l’écran pesait beaucoup moins lourd qu’à la maison. En partie, j’avais l’impression d’être en vacances, même si je travaillais… Au pouvoir charitable de la chaleur humaine, il faut ajouter le pouvoir de l’environnement naturel. Dans cette redéfinition radicale de notre façon de travailler, il est également nécessaire de repenser notre lieu de travail. La proximité de la nature a des effets directs sur le bien-être et la productivité, alors pourquoi la réserver aux loisirs et ne pas l’intégrer au lieu de travail, comme une possibilité quelques fois par an ? Je n’y vois que des avantages.Conditions de travail 2