vices caches maison

Comment prouver l’existence d’un vice caché dans votre nouvelle demeure?

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Temps de lecture :5 min de lecture
  • Post category:Immobilier

Les vices cachés sont des défauts dans des choses qui ne peuvent pas être détectées au moment de l’achat. En droit, la notion est utilisée pour désigner les défauts qui donnent le droit de réclamer la réparation du bien ou la résiliation du contrat.

Les vices cachés du bien sont liés à des problèmes et à des défauts dans l’installation d’eau, à des problèmes de fondation, à un mauvais comportement thermique ou acoustique, à des problèmes dans le système électrique ou à des finitions défectueuses.

Que dit la loi sur les vices cachés dans une maison ?

D’un point de vue juridique, les vices cachés du logement sont des défauts des installations et des structures qui empêchent la pleine utilisation ou exploitation d’un bien, en l’occurrence un appartement ou une maison.

Pour que ces défauts soient considérés comme des vices cachés, trois situations doivent exister :

– Ils doivent être sérieux et modifier le but pour lequel le bien a été acheté.

– Ils doivent être antérieurs à la date de la vente du bien.

– Ils doivent être cachés, c’est-à-dire qu’ils ne doivent pas être perceptibles à l’œil nu.

Par exemple, les humidités liées à des problèmes dans l’asphalte qui apparaissent deux mois après la vente sont considérées comme des vices cachés. Toutefois, les défauts dans la cuisine qui étaient connus de l’acheteur et du vendeur au préalable, et qui ont été utilisés pour négocier un prix inférieur pour la propriété, ne seront pas considérés comme tels.

Exemples de vices cachés dans une maison :

– En rapport avec l’eau. L’humidité, les fuites et les infiltrations dues à une mauvaise étanchéité ou à des tuyaux détériorés.

– En rapport avec les fondations comme cela pourrait être le cas pour le coffrage de maison à Saint-Colomban en cas de vices cachés. Fissures et fentes résultant de travaux effectués sur la propriété ou dans les habitations adjacentes. Il est important de

– En rapport avec les finitions. Bombement, décoloration ou écaillage des sols, des murs, de la peinture ou de la menuiserie en raison d’une mauvaise installation ou de l’utilisation de matériaux de mauvaise qualité.

– Liés à une mauvaise performance thermique et/ou acoustique. Problèmes de bruit, fuites de chaleur ou mauvaise isolation en raison d’un mauvais placement des matériaux et des éléments (fenêtres, portes, matériaux isolants, etc.).

– Lié à un dysfonctionnement du système électrique du logement. Des interrupteurs, des lumières ou des prises de courant incorrectes ou défectueuses.

Étapes à suivre pour détecter les vices cachés dans une maison

Détecter les vices cachés d’une maison n’est pas chose facile. Il est donc recommandé d’engager un expert ou une entreprise spécialisée. Dans ce cas, la détection des vices cachés sera assurée et le coût du service sera un investissement à long terme.

Demandez au propriétaire le certificat du contrôle technique de la construction

C’est un document qui confirme que les éléments communs d’un bien (installations d’évacuation et de plomberie, façades, garages, etc.) sont conformes à toutes les exigences de sécurité et d’habitabilité prévues par la législation. En tant qu’acheteur, vous avez toujours le droit de demander ce document.

Ajoutez une clause sur les vices cachés dans le contrat d’achat.

Ce conseil ne vous aidera pas à détecter les vices cachés de votre future maison, mais c’est un moyen de vous protéger car, en cas de vices, vous aurez moins de problèmes à faire valoir.

Enfin, il est aussi recommandé de vous renseigner « par vous-même » sur l’état du bâtiment. Demander aux voisins s’ils ont des problèmes dans la propriété et dans d’autres maisons peut vous aider à détecter d’éventuels vices cachés comme cela pourrait être le cas dans les maisons usinées Charlevoix au Québec.

J’ai détecté des vices cachés dans ma propriété : puis-je faire une réclamation ? Quelles sont mes options ?

Selon sa définition dans le code civil, les vices cachés d’une maison « en diminuent l’usage de telle sorte que, si l’acheteur les avait connus, il ne l’aurait pas achetée ou en aurait donné un prix inférieur ». C’est pourquoi, si vous détectez ces défauts, vous avez le droit de faire une réclamation en suivant les étapes suivantes :

– Évaluer le type de dommage et sa relation avec des problèmes de construction ou une utilisation inadéquate des installations, des matériaux, etc.

– Notifiez par écrit au constructeur les défauts et leurs conséquences, ainsi que les délais pour résoudre le problème.

– Si le constructeur accepte la réclamation, la garantie pour vice caché peut être mise en œuvre pendant deux ans après la découverte du défaut, conformément à l’article 1648 du Code civil. Toutefois, l’action doit intervenir aussi vite que possible.

– Si le constructeur n’accepte pas, vous devrez vous adresser à un avocat et à un expert, qui vous conseilleront sur la marche à suivre pour engager une procédure judiciaire.