Le bitcoin, une vraie monnaie ou… une escroquerie ?

De nos jours, il est devenu courant pour les gens de demander ce qu’est l’argent. C’est une question légitime. L’année dernière, plusieurs événements ont compliqué, voire carrément remis en question, la mentalité habituelle et quotidienne qui consiste à sortir sa carte de crédit et à payer quand il s’agit de dépenser. L’offre monétaire américaine a augmenté de 30 %, par exemple. L’argent peut-il se développer comme ça ? Puis il y a tous ces acronymes pour les nouveaux outils financiers : NFTs, SPACs, DOGEs. Au minimum, ces choses coûtent beaucoup d’argent.

La ligne habituelle des économistes est que l’argent remplit trois fonctions dans une économie

C’est un moyen d’échange, une réserve de valeur et une unité de compte. Il s’agit d’une liste simple pour déterminer si un actif possède les bons attributs et peut à juste titre être appelé monnaie. Certains qualifient le bitcoin de produit « marginalement utile », semblable à de l’argent et populaire auprès des pirates informatiques et des « opposants au système bancaire », d’autres comme cette star de la NFL a annoncé qu’elle prendrait au moins une partie de sa rémunération en BTC.

Le bitcoin s’est échappé de ses racines anarcho-capitalistes et ringardes pour entrer dans le courant financier dominant. Il est accepté comme moyen de paiement chez Tesla et WeWork. Des géants institutionnels achètent et détiennent des bitcoins. Au moins certaines choses – généralement d’autres cryptos – ont un prix natif en bitcoins. Alors, le bitcoin est-il de l’argent ? Voici trois points de vue :

1. L’argent lui-même est une fiction collective, tout comme le bitcoin.

L’argent est et a toujours été une imagination collective. Il n’y a aucun aspect intrinsèque qui fait de l’argent, de l’argent. Il s’agit plutôt d’un objet sur lequel nous pouvons tous nous mettre d’accord et qui a une valeur transactionnelle constante. Le bitcoin est le dernier chapitre de cet imaginaire commun, un nouveau bien numérique qui évite l’émetteur souverain et présente au monde une norme librement accessible. Dans ce cadre, le bitcoin devient de l’argent lorsqu’il franchit une norme d’adoption indéfinie, par exemple lorsqu’il y a enfin suffisamment de personnes qui disent « bien sûr, payez-moi en bitcoins ». Personne ne sait où se situe la limite, mais le New York Times de ce week-end a publié un article avec le titre « Nous sommes tous des Crypto People maintenant ». Il est donc possible que nous l’ayons franchie.

2. Le bitcoin n’est pas de l’argent, c’est un actif investissable.

En 2018, à la fin du supercycle de cette année-là, la Réserve fédérale de Saint-Louis a soulevé la question suivante : le bitcoin est-il de l’argent ou un instrument financier ? « La ligne entre l’argent et l’actif financier [sic] n’est pas claire », écrivaient les économistes. « Les actions des gens révèlent souvent le rôle que l’actif joue dans l’économie ».

Bien qu’il ait été présenté au monde comme une monnaie numérique de pair à pair, le bitcoin n’avait pas encore endossé ce rôle, selon les économistes de la Fed. Au lieu de cela, il s’agissait d’un « actif hautement spéculatif ». Une bulle potentielle. Une monnaie inadéquate en raison de la fluctuation de son prix et de sa liquidité limitée, que peu de personnes utilisaient réellement « pour acheter des biens et des services. »

Trois ans plus tard, il y a encore plus d’une personne qui adopte ce point de vue. Ainsi, certains ont qualifié le bitcoin de bien déflationniste par les « marchands de peur » financièrement conservateurs. Bien que les bitcoins puissent être utilisés pour acheter des biens, cela ne prouverait pas qu’une transaction équivalente à de l’argent liquide a eu lieu. Il s’agirait plutôt d’une contre-opération entre deux actifs. Il suffit de penser à l’endroit où vous êtes susceptible d’entrer en possession de BTC : en achetant auprès d’un échange de crypto-monnaies.

Cela dit, le bitcoin est différent des autres matières premières. Il a été conçu pour être fongible, pour être décomposé en petites unités de compte et pour être facilement transférable et stocké. C’est peut-être ce que parfois on entend par « objet de collection numérique ». Mais peu d’autres biens numériques ont toutes ces qualités de l’argent liquide. La Réserve fédérale des Etats Unis n’a pas encore publié de rapport sur le cycle haussier cryptographique actuel, il est donc difficile de dire si la banque centrale a changé d’avis sur le bitcoin. Mais elle a publié un explicatif sur la DeFi.

3. Le bitcoin existe bel et bien…

Il est possible que le bitcoin soit tout cela à la fois et plus encore. Il fonctionne comme de l’argent liquide. Il fonctionne aussi comme un actif spéculatif. Les gens l’achètent pour se protéger de l’inflation, mais aussi pour sa volatilité. Il s’agit d’une monnaie de réserve mondiale en plein essor et d’un registre distribué sur lequel on peut exécuter des applications décentralisées.

La question n’est plus de savoir si le bitcoin est une vraie monnaie… 

C’est notamment le cas lorsque l’on considère ses propriétés métaphysiques. Les bitcoins n’existent pas dans le monde, mais dans quelle mesure existent-ils ? Les experts s’opposent à l’idée que le bitcoin existe en tant que morceau de code. Il n’est pas réel. Le bitcoin est plutôt « une substance fictive dans une histoire massivement coécrite sur un réseau ».

En d’autres termes : « Bitcoin existe, tout simplement. »

(Vu 3 fois, 1 visites aujourd'hui)